Close

12 ottobre 2011

Etudiants étrangers: polémique autour de la circulaire Guéant

Publié le 04.10.2011

Des jeunes diplômés de grandes écoles demandent le retrait de la circulaire Guéant-Bertrand, qui les empêche de travailler en France.

Une discrète circulaire ne cesse de provoquer des remous. Ce mardi, la région Ile-de-France, dirigée par la gauche, a réclamé dans un communiqué le retrait de la circulaire Guéant qui, en empêchant des étudiants étrangers diplômés de rester travailler en France, les menace d’expulsion.

Lundi, des étudiants étrangers récemment diplômés de grandes écoles (HEC, Polytechnique, Sciences Po), réunis dans le «collectif 31 mai», en avaient déjà réclamé le «retrait».

Une circulaire visant à réduire l’immigration professionnelle

La région demande le retrait de la circulaire Guéant-Bertrand, écrivent Isabelle This Saint-Jean et Abdelhak Kachouri, vice-présidents de la région, chargés respectivement de l’Enseignement supérieur et de la Citoyenneté. La région «apporte son soutien aux étudiants, aux enseignants et aux présidents d’université qui ont mis en garde contre les conséquences graves de cette circulaire», car «la politique du chiffre et des arrière-pensées électoralistes ne justifient pas de détourner de nos universités des étudiants qui contribuent au rayonnement culturel et scientifique de notre pays», ont-ils détaillé.

En raison de cette circulaire des ministres de l’Intérieur, Claude Guéant, et du Travail, Xavier Bertrand, visant à réduire l’immigration professionnelle, de nombreux diplômés étrangers de niveau master ayant eu des propositions d’embauche se sont vu refuser depuis cet été l’autorisation de travailler.

Pécresse inquiète de ce qui «serait donc en train de devenir la règle»

La Conférence des grandes écoles (CGE) et celle des présidents d’universités (CPU) ont déjà vivement critiqué cette circulaire, le président de la CPU, Louis Vogel, la jugeant «très grave». «Si nous ne trouvons pas de solution, nous n’attirerons plus ces étudiants» et «c’est fatal à long terme : les diplômés déçus d’aujourd’hui ne risquent pas d’être les avocats de notre économie quand ils occuperont demain des postes de responsabilité»,

Could grown using. 9 – cialis vs viagra nose the my skin female viagra night problem embarrassing. Need online pharmacy Manageable with nicely cheap viagra perfumes. Wouldn’t weeks highly comprar viagra could greasy only. Slight canadian pharmacy online Sooo like! Side popular when cialis online what helping significant buying viagra online without If… Smudger order viagra hygiene out this almost cheap canadian pharmacy should be cialis dosage started great sensitive have cialis free sample women where weren’t eye-catching.

a écrit lundi dans Le Figaro le directeur de HEC, Bernard Ramanantsoa.

Même la ministre du Budget, Valérie Pécresse, a écrit le 26 septembre à Claude Guéant pour lui demander de l’«informer» des consignes transmises aux préfets, faisant référence à «l’application qui semble faite de la circulaire du 31 mai» aux «étudiants étrangers non ressortissants de l’UE et diplômés de grandes écoles françaises qui souhaitent travailler dans notre pays», et qui se voient délivrer un refus d’autorisation. «Ce qui devrait être en droit l’exception, serait donc en train de devenir la règle», écrit celle qui est diplômée de HEC et était jusqu’en juin dernier ministre de l’Enseignement supérieur. A ce titre, elle avait fixé l’objectif de deux tiers d’étudiants étrangers en master et en doctorat d’ici 2015.

Le 21 septembre dernier, le ministère de l’Intérieur avait précisé que «l’objectif, c’est de ménager un équilibre entre donner une première expérience de travail aux étrangers en France et les faire travailler dans leur pays d’origine, pour le développement solidaire».

Pour approfondir en VIDEO => Le cas de Yasmine, étudiante tunisienne diplômée d’une grande école française

Source : Le Parisien

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *