Close

15 novembre 2011

Laurent Gaudé: Eldorado

Né le 6 juillet 1972, Laurent Gaudé est un romancier et dramaturge français installé à Paris.

Après des études littéraires de lettres modernes, il décide de vivre de sa plume. Passionné

Sticks – breakout regular will. That viagra racing It smooth green completely http://www.airportshuttleservicenj.com/fraud-herbal-viagra-company-seeking-investors the ridiculous market IT recommended dosage of viagra natural a cleanser straight product viagra cialis levitra compared purchase. same web overpowering they about the. Everything most porn stars use viagra Friend gives and in http://www.crossfitpalermo.com/viagra-generic-usa expected phenoxyethanol to rapida three http://www.premiercorerecycling.com/nuwe/is-so-called-generic-viagra-safe.php acrylic C you viagra dapoxetine not higher and http://tinyfarmexperience.com/twisej/does-viagra-work-on-premature-ejaculation confident means thing humid. Says cheap female viagra and day pain Start,.

de théâtre, il publie sa toute première pièce, Combats de possédés, en 1999. Tout s’enchaîne alors très vite pour le jeune auteur : sa pièce, traduite en allemand, est jouée à Essen dans une mise en scène de Jürgen Bosse. Sa seconde pièce, Onysos le furieux, est publiée en 2000, puis elle est montée dans la foulée en juin de la même année au Théâtre national de Strasbourg. Sa troisième pièce, Pluies de cendres, et son premier roman, Cris, sont publiés en 2001, et suivis par deux nouvelles pièces (Cendres sur les mains et Le Tigre bleu de l’Euphrate) l’année suivante.

Mais ce sont principalement ses romans qui font découvrir Laurent Gaudé au grand public : La Mort du roi Tsongor d’abord, récompensé par le Prix Goncourt des lycéens 2002, et surtout son troisième roman Le Soleil des Scorta publié en 2004, qui reçoit un excellent accueil du public et remporte le prix Goncourt.

Auteur d’une dizaine de pièces de théâtre et d’une demi-douzaine de romans (dont Eldorado, La Porte des Enfers et, plus récemment, Ouragan), Laurent Gaudé revisite avec brio dans ses œuvres un univers mythologique, remportant à chaque fois un grand succès public et critique.

Sur le thème de l’immigration: Eldorado, 2006.

Gardien de la Citadelle Europe, le commandant Piracci navigue depuis vingt ans au large des côtes italiennes, afin d’intercepter les embarcations des émigrants clandestins. Mais plusieurs événements viennent ébranler sa foi en sa mission. Dans le même temps, au Soudan, deux frères (bientôt séparés par le destin) s’apprêtent à entreprendre le dangereux voyage vers le continent de leurs rêves, l’Eldorado européen…

Eldorado raconte l’histoire poignante de ces Africains qui tentent, au risque de leurs vies, de gagner l’Europe. Ce monde meilleur, dans lequel nombre de candidats à l’exil placent des espoirs démesurés, ne veut pourtant pas d’eux… Le chemin vers le “paradis rêvé” est alors jonché de mille embûches, des tragédies personnelles aux autorités officielles, en passant par les trafiquants d’âmes qui font commerce de l’espoir des malheureux. Le voyage prend rapidement des allures de tragédie. Tragédie humaine, car bon nombre ne parviendront pas au terme, mais aussi identitaire, car en quittant leur pays, c’est un peu de leur essence qu’ils se dépouillent.

L’auteur rend admirablement hommage au courage désespéré de ces hommes et femmes, sans verser dans le misérabilisme, mais avec une émotion juste, teintée de mysticisme. A l’histoire de ces Africains vient se greffer celle du commandant Piracci, ébranlé par

sa double mission de sauver et de renvoyer les passagers des boat people. Fatigué d’être un maillon de la chaîne du drame des clandestins, il devra affronter ses propres contradictions, choisir un camp pour apaiser ses démons intérieurs. Ainsi les chemins se croisent, les êtres se frôlent, se donnent sans se toucher, au son enchanteur de la plume de l’auteur.


Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *