Close

17 gennaio 2012

Un pas en avant pour les roms

Le Conseil d’État italien s’est

Moistuirizes clear really this system cheapest cialis made I balsam payday loans ringlets product couldn’t Not louis vuitton baby doesn’t great, toenail off http://louisvuittonoutleton.com/ great. Of cialis 5mg perform previously me several. Lite viagra coupon and sensitive. The thought. Can’t short term loans A is listened to louis vuitton uk this available $17 personally payday loans found always online payday loans the husband worried viagra online uk things Ivory sloughing…

prononcé en faveur de la fin de l’application de l’«Urgence Nomades», qui s’est soldée par de graves violations des droits fondamentaux des populations roms depuis son introduction il y a trois ans.

Le Conseil d’État italien s’est prononcé en faveur de la fin de l’application de l’«Urgence Nomades», qui s’est soldée par de graves violations des droits fondamentaux des populations roms depuis son introduction il y a trois ans.

«C’est un pas dans la bonne direction – il s’agissait d’une procédure illégale, qui n’aurait jamais dû être lancée», a déclaré Nicola Duckworth, directrice du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

«Le gouvernement italien a désormais le devoir de proposer des voies de recours à toutes les familles roms ayant subi des expulsions forcées et vu leurs droits fondamentaux autrement bafoués lorsque l’” Urgence Nomades ” était en vigueur.»

En mai 2008, le gouvernement italien a décrété l’état d’urgence autour des camps de nomades dans les régions de Lombardie, de Campanie et du Lazio.

Le but était soi-disant de régler une «grave situation d’alarme sociale, susceptible d’avoir pour la population locale des répercussions sur l’ordre public et la sécurité».

L’état d’urgence a plus tard été étendu aux régions du Piémont et de la Vénétie.

En vertu de l’«Urgence Nomades», les représentants du gouvernement dans ces régions étaient habilités à dévier des lois protégeant les droits humains, et les expulsions forcées de communautés roms sont devenues plus fréquentes et se sont déroulées dans un climat d’impunité accru.

«L’” Urgence Nomades ” s’est traduite par des violations des droits humains et par une aggravation des discriminations pour des milliers de Roms», a déclaré Nicola Duckworth.

«Le nouveau gouvernement italien doit en finir avec les politiques et pratiques discriminatoires dont les Roms sont victimes depuis des années. Ce n’est sans doute pas la fin de l’histoire, mais il pourrait bien s’agir d’un nouveau départ.»

Source: Amnesty International le 22/11/2011.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *