Close

17 gennaio 2012

Une lycéenne Sans-Papiers arrêtée puis relâchée grâce à une grève des professeurs.

En situation irrégulière, Marie-Téclaire Monny Sopo, 21 ans, élève de nationalité camerounaise, a été interpellée jeudi à la préfecture d’Eure-et-Loir, à Chartres, puis a été placée dans un centre de rétention administrative. Le lundi suivant, les professeurs du lycée Théodore-Monod à Noisy-le-Sec (Seine-Saint Denis), où l’élève est scolarisée, se sont mis en grève. «Les cours ne sont pas assurés», avait confirmé à l’AFP une enseignante d’anglais et professeure principale de l’élève. Le chef d’établissement avait confirmé le mouvement de grève. Les grévistes ont demandé une remise en liberté et l’octroi de papiers à l’élève concernée.

«Cette élève est arrivée en 2008 en France et résidait dans un foyer du Samu social. Elle avait demandé à une amie habitant Chartres de lui faire un certificat d’hébergement pour terminer son cursus scolaire, mais elle a été arrêtée lors de la démarche administratinve», a raconté l’enseignante.

L’élève de première prépare un bac commerce. «Elle est discrète et sérieuse […], particulièrement méritante. Cette arrestation nous a choqué», avait ajouté une enseignante, en précisant que les professeurs grévistes avaient prévu de manifester symboliquement devant la préfecture de Bobigny.

Arrivée en France en 2008, Marie-Téclaire Monny Sopo était scolarisée en première (bac commerce) au lycée de Noisy-le-Sec et résidait dans un foyer du Samu social. “Elle a fait une demande de titre de séjour en préfecture de Seine-Saint-Denis qui lui a été refusée. Cette personne a reçu une obligation de quitter le territoire français (OQTF) en novembre dernier sous un mois”, a précisé la préfecture d’Eure-et-Loir, pour justifier son interpellation.”La semaine dernière, elle est venue faire une nouvelle demande, cette fois, en préfecture à Chartres, sans faire état de son passif. La préfecture d’Eure-et-Loir a procédé aux vérifications d’usage et a découvert l’existence de cet arrêté d’OQTF qui était exécutoire. Nous l’avons appliqué tout simplement”, a ajouté la préfecture.

Mais la mobilisation a finalement payé. Marie-Téclaire Monny Sopo a été remise en liberté lundi après la mobilisation de ses professeurs. “Marie-Téclaire a été relâchée à 14h00, nous sommes soulagés”, a annoncé son enseignante d’anglais et professeur principal. “Nous allons reprendre le travail demain”, a-t-elle ajouté.

Selon les grévistes, la situation administrative de la jeune femme n’est pas pour autant réglée. “Nous resterons vigilants, afin qu’elle puisse obtenir la régularisation de sa situation, soit une carte de séjour étudiante”, a précisé une professeur de lettres et histoire-géographie.

Source: Libération & L’Express.

4 Comments on “Une lycéenne Sans-Papiers arrêtée puis relâchée grâce à une grève des professeurs.

Chiara
16 febbraio 2012 a 11:15

je pense qu’ en France la situation est differente par rapport à l’ Italie.
Personne ici ne ferait rien pour aider un sans-papier .

Rispondi
Giulia
16 febbraio 2012 a 11:14

je pense qu’ en italie personne ne ferait rien de tout ça, la pensée est plus fermée

Rispondi
silvia
16 febbraio 2012 a 11:14

j’admire le comportament des professeurs parce que ils ont aidé cette fille et je pense que c’ est un exemple pour notre societe

Rispondi
Alexandra
16 febbraio 2012 a 11:12

Je pense qu’ en France il y a le courage de protester, parce qu’ il y a la volontè de changer les choses.En Italie il n’y a pas la meme volonté.

Rispondi

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *