Close

11 luglio 2013

Les jeunes sont les protagonistes

n3-head

Révolution 68 est une pièce écrite spécialement pour vos élèves. Pour leur expliquer les événements qui ont marqués à tout jamais l’Europe du 20ème siècle, pas moins de six artistes sur scène. Trois musiciens (guitares, claviers et batterie) et trois comédiens qui chantent ou trois chanteurs qui jouent, comme il vous plaira!


n3Aux côtés de Frédéric Lachkar, nous retrouvons Claudia Palleschi, que nous connaissons déjà puisqu’elle a triomphé dans le rôle de la Môme Bijou de Kabaret l’an passé et nous accueillons pour la première fois dans la troupe, M. Alexandre Jérôme. Passionné par le théâtre et la comédie musicale, Alexandre arrive à l’âge de 18 ans à Paris. Après une formation de comédien au Cours Florent, il s’oriente vers le chant, sa seconde passion, et sort diplômé trois années plus tard de l’École de Comédie Musicale de Paris. Depuis on a pu le voir sur scène dans différentes comédies musicales de premier plan à Paris et en tournée en France. Lorsque Frédéric contacte en mai dernier cette prestigieuse école pour choisir le héros de sa Révolution, c’est tout naturellement que le nom d’Alexandre figure dans la liste mise en avant par la directrice de cet établissement réputé. Vous serez surpris par sa présence et son aisance sur scène.
Nous l’avons interviewé pour vous!

1. Cher Alexandre, bienvenu en Italie! Est-ce la première fois que tu découvres le pays des champions du monde?
Doucement! Ne commençons pas sur ce sujet. Sinon….Non, ce n’est pas la première fois, je suis déjà venu deux fois à Rome. La première, quand j’étais au collège, c’était un voyage scolaire car j’étudiais le latin à l’école et notre professeur nous avait emmenés ici pour “voir en vrai” ce que nous étudiions dans les livres.
Et la deuxième, c’était en janvier dernier, en vacances.
Je suis amoureux de ce pays et particulièrement de Rome et de son histoire. Je trouve cela incroyable de pouvoir marcher dans les rues de Rome et de voir tant de choses qui sont restées à travers les siècles… On a l’impression de “marcher dans l’Histoire” ! J’ai hâte de découvrir toute l’Italie grâce à cette tournée.
2. Pas moins de cent villes t’attendent du nord au sud, d’est en ouest. Qu’est-ce qui te manquera de la France durant ces sept mois?
Ma famille, mes amis bien sûr. Mais je suis tellement heureux de pouvoir faire cette tournée que je me dis que tout ira très bien. Je suis impatient de découvrir chaque paysage, chaque région, de rencontrer des gens de toute l’Italie, c’est une grande chance pour moi, artistiquement, mais humainement aussi. Et puis, j’ai une super équipe avec moi, donc on ne devrait pas s’ennuyer !
3. Parle-nous de ta première rencontre avec France Théâtre!
Et bien, c’est avec Frédéric que j’ai eu le premier contact.
En effet, la directrice de mon ancienne école de comédie musicale à Paris m’a dit que France Théâtre recherchait un comédien-chanteur pour sa prochaine tournée en Italie. J’ai donc envoyé ma candidature pour tenter ma chance, et Frederic m’a appelé en juillet pour me dire qu’il aimerait bien me rencontrer, mais à ce moment la, je ne pouvais pas venir à Rome car je jouais en France dans un autre spectacle… Frédéric m’a rappelé au début du mois de septembre, et m’a dit de venir auditionner à Rome trois jours plus tard (!), si ça m’intéressait toujours. J’ai donc sauté dans un avion, je suis arrivé à Rome, et j’ai rencontré Frédéric et toute l’équipe de France Théâtre, nous avons passé une très bonne journée avec Pino, le directeur musical et guitariste de France Théâtre depuis six ans et Claudia, la comédienne-chanteuse qui joue aussi dans Révolution 68. A la fin de la journée, Frédéric m’a dit “Tu sembles avoir toutes les qualités humaines et artistiques pour faire partie de l’aventure, si tu veux, on signe ensemble cet après-midi !” Frédéric insiste beaucoup sur l’aspect humain de la tournée, vivre ensemble pendant six mois mais aussi jouer plus de deux cent fois un spectacle pédagogique à l’attention des jeunes, cela demande de la concentration et de l’humilité. J’ai signé, je suis revenu en France faire mes valises, et un mois plus tard, me voici à Rome pour cette belle aventure !
4. Tu es un peu plus âgé que les élèves pour lesquels tu joues : quel message voudrais-tu leur transmettre à travers Révolution 68?
Je voudrais simplement, avec de la musique, leur transmettre un peu de l’histoire de ce qu’il s’est passé en France à cette époque.
Les révolutions étudiantes de 1968 sont un moment important de l’histoire de France, car la jeunesse française avait besoin de se libérer et de dire des choses. Mais malheureusement, je crois que beaucoup d’étudiants révolutionnaires de cette époque n’ont pas vraiment continuer ce combat et au final, cela n’a pas changé beaucoup de choses…
Et je voudrais aussi qu’il comprennent que tous les étudiants de 68 n’étaient pas d’accord pour faire la révolution, et que si on veut vraiment changer les choses pour le futur, on doit écouter tout le monde et prendre des décisions justes, équilibrées et réfléchies.
5. Est-ce qu’ il ya une chanson du spectacle que tu préfères? Et pourquoi?
Oui, il y a des chansons que je préfère. J’ai une attirance particulière pour la chanson “Papaoutai” du chanteur Stromae. La chanson est très rythmée et la musique est très bonne mais c’est surtout le texte qui est intéressant, car il parle de l’absence du père pour son enfant. Quand on écoute cette chanson, on la trouve très bien parce que c’est une chanson qui pourrait nous faire danser en boîte de nuit par exemple, mais quand on écoute le texte, on se dit “Wouah, Stromae est un génie !” et c’est vrai !
Au final c’est un excellent mélange de Rap, de Dance, et de poésie.
6. Peux-tu nous parler de ton personnage dans Révolution 68?
Ce que j’aime dans mon personnage, c’est que, au départ, c’est un étudiant révolutionnaire de 1968, qui veut à tout prix changer les choses et qui n’a qu’un seul mot à la bouche : “Révolution, révolution !” Mais en rencontrant cette jeune étudiante, Carla, et ce fameux “clochard” Antoine, il va comprendre au fur et a mesure du spectacle, qu’être trop extrême ne sert a rien, et qu’il faut écouter tout le monde pour tenter de faire une vraie révolution, la sienne!
7. Ton message d’accueil dans un tweet pour les professeurs du Club des Profs:
“Chers professeurs, ouvrez bien vos yeux et vos oreilles, Révolution 68 est en marche ! A très bientôt dans votre ville !”
Je peux même essayer en italien !
“Cari insegnanti, ben aprite i vostri occhi e le orecchie, Révolution68 è in esecuzione. A presto nella vostra citta !”
Désolé pour les fautes !

2 Comments on “Les jeunes sont les protagonistes

Giada Mangraviti
8 novembre 2013 a 13:14

È stato favoloso,gli attori bravissimi(soprattutto Alexandre) mi sono tanto divertita,ho cantato,ballato e ……. sono salita su palco. MI SONO DIVERTITA tantissimo.

Rispondi
France
8 novembre 2013 a 14:40

Fantastico!!!! Siamo veramente contentissimi, riferiremo i complimenti all’équipe artistica! Continuate a seguirci anche su Facebook!

Rispondi

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *